Histoire du Genevois

Vuache, Haute-Savoie, Ain, Genève, Histoire, monuments, musées, expositions, peinture, actualités économiques et sociales. Rhône. Eloise, Arcine, Chaumont, Clarafond, Chevrier, Vulbens, Valleiry, Dingy-en-Vuache, Savigny, Minzier, Jonzier, Vers

25 oct. 12

Gertrude Stein

Exposition sur Gertrude Stein
Au musée de Lochieu (Ain) 

http://www.ain.fr/upload/docs/application/pdf/2011-06/dp_expo_gertrude_stein_lochieu_bd.pdf
Deux photos : http://hlcebservices.e-monsite.com/pages/personnages-celebres/gertrude-stein.html
Un livre : http://www.mg-editions.com/collections/92-gertrude-stein-le-bugey-la-guerre.html
http://www.nonfiction.fr/article-3056-gertrude_stein_bugiste.htm

Exposition terminée

Gertrude Stein naquit en 1874 en Pennsylvanie (E.-U.) Son enfance est marquée par de longs séjours en Europe. Puis la famille se fixe en Californie. Elle mène des études supérieures sur la côte Est, surtout dans le domaine de la médecine et de la littérature. SAM_3384

En 1902 elle part en Europe.
Elle est peinte par Picasso en 1905 ou 1906. Il la représente avec un visage grave. C’est le début d’une passion et d’un engagement en faveur de l’art. Elle achète plusieurs toiles de Picasso à ses débuts,fréquente des artistes comme Picabia, des surréalistes comme A. Breton. Dans son appartement parisien elle entasse de nombreux tableaux.

En 1924 elle tombe sous le charme des paysages du Bugey alors qu’elle se rend en Côte d’Azur pour voir Picasso. Elle y revient tous les étés. Elle se passionne pour la gastronomie et le jardinage, fait du tourisme à Chambéry, Aix, Belley, Lucey, Pierre-Châtel, Hautecombe…Elle aime beaucoup la mécanique et les voitures, en particulier les Ford et Matford.

En 1929 elle se fixe à Billignin (Belley) où elle vit avec Alice Toklas, auteur d’un livre original sur la cuisine du Bugey et d’ailleurs.
Les relations avec Picasso se refroidissent pour des raisons personnelles mais aussi parce qu’elle a de l’admiration pour le général Franco.
En Bugey, elle reçoit la visite de Paul Bowles, Frédéric Rose, Bernard Faÿ, Daniel-Rops.
Pendant la guerre elle réside à Culoz et manifeste des sentiments pétainistes parce qu’elle y voit une figure « stable ». Elle nuancera son opinion à la Libération.

Elle revient à Paris à l’automne 1944 et meurt à Neuilly en 1946.


Commentaires

Poster un commentaire







 
Remonter