Histoire du Genevois

Vuache, Haute-Savoie, Ain, Genève, Histoire, monuments, musées, expositions, peinture, actualités économiques et sociales. Rhône. Eloise, Arcine, Chaumont, Clarafond, Chevrier, Vulbens, Valleiry, Dingy-en-Vuache, Savigny, Minzier, Jonzier, Vers

11 oct. 12

Eugène Bizot, député (Ain)

BIOGRAPHIE d’Eugène Bizot

Sources :
Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J. Joly)
http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=834
http://www.genea-bdf.org/BasesDonnees/genealogies/bizot.htm

Eugène Bizot
Né en 1856 à Collonges (Ain), mort en 1908 à Aix-les-Bains (Savoie).
Député de l'Ain de 1889 à 1908.

Eugène Bizot a pour ancêtres un commandant du Fort l’Ecluse, des avocats au parlement de Dijon, conseillers du Roi, notaires, juges de paix, nobles (Menthon-Lornay)… Son père était maire de Collonges (01)

Eugène Bizot fit ses études de droit et s'inscrivit au barreau de Lyon. Il entra ensuite dans l'administration comme chef de cabinet du préfet de la Haute-Vienne, puis passa dans la magistrature et fut substitut du procureur de la République à Nantua d'abord, en 1883, à Bourg ensuite.

Eugène Bizot était conseiller d'arrondissement- il fut ultérieurement conseiller général - lorsqu'il se présenta aux suffrages des électeurs de la circonscription de Gex aux élections générales des 22 septembre et 6 octobre 1889. Il enleva le siège à Alfred André, régent de la Banque de France, appuyé par l'Union libérale.

Bizot

Son mandat fut renouvelé au premier tour à chacune des consultations. Le 20 août 1893, sur 4.381 votants, 3.826 se prononcent pour lui. Le 8 mai 1898, il recueille 3.984 voix sur 4.552 votants. Quatre ans plus tard le 29 avril 1902, il obtient 3.568 contre 1.167 à Forestier, ancien administrateur colonial, qui se présente comme nationaliste. Le 6 mai 1906, enfin, sur 4.852 votants, 3.213 se prononcent pour lui, 1.454 pour Girod de l'Ain et 54 pour deux autres candidats.

Membre de la gauche radicale, Eugène Bizot se qualifiait, en 1889, de républicain progressiste et se présentait en adversaire de la réaction et du boulangisme.
Favorable à une révision constitutionnelle, il souhaitait aussi que la séparation de l'Eglise et de l'Etat intervienne le plus tôt possible et, qu'en attendant, le Concordat soit appliqué rigoureusement. Il se prononça pour la loi sur les associations, pour l'abrogation de la loi Falloux, pour l'égalité du service militaire, pour l'impôt progressif sur le revenu et pour les retraites ouvrières. Il soutint de ses votes nombre de lois sociales et s'intéressa constamment au développement de l'assistance publique dans les campagnes encore plus que dans les villes, au crédit agricole et à la mutualité.

Il défendit sa circonscription : communications routières, réseau ferroviaire général et local, bureaux de poste, services agricoles, création d'une société d'élevage. Son attention se porta également sur les problèmes posés par la zone franche.

Eugène Bizot mourut en 1908 alors qu'il se rendait à Challes-les-Eaux pour une cure.

- Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire







 
Remonter