Histoire du Genevois

Vuache, Haute-Savoie, Ain, Genève, Histoire, monuments, musées, expositions, peinture, actualités économiques et sociales. Rhône. Eloise, Arcine, Chaumont, Clarafond, Chevrier, Vulbens, Valleiry, Dingy-en-Vuache, Savigny, Minzier, Jonzier, Vers

04 sept. 12

Lucie Colliard

Lucie Colliard.

Originaire de Saint-Félix (Albanais, sud de la Haute-Savoie).
Elle suit quelques temps une école religieuse puis fait une Ecole Normale et devient institutrice.
En 1912 au Congrès de Chambéry, elle milite pour la création de syndicats d'enseignants, chose jusqu'alors interdite. Seules des amicales iées à la hiérarchie ministérielles étaient tolérées. Les autorités dominantes considéraient que l'instituteur étant fonctionnaire, il devait représenter l'Etat et rester neutre, ne pas se syndiquer, ne pas se présenter aux élections etc.
Ce congrès de Chambéry est aussi l'une des premières manifestations du féminisme dans l'enseignement, combat où Lucie Colliard joua un rôle de premier plan.
Elle adhère au parti Socialiste SFIO.
Pendant la guerre de 1914, affectée dans un poste près de la frontière suisse, elle reçoit des collègues pacifistes, les fait passer en Suisse pour assister aux grandes réunions internationales socialistes et pacifistes. A la fin de la guerre elle est victime d'une cabale qui monte certains parents d'élèves contre elle. lLs généraux lui font un procès.
En 1920 elle adhère au PCF dont elle devient l'une des dirigeantes. Très vite elle devient favorable à l'Opposition russe.
Elle est exclue du PCF en 1929.
Elle continue de militer à gauche, pour le pacifisme, pour l'unité syndicale, pour le soutien aux républicains espagnols, contre la répression en URSS. Elle adhère au courant pivertiste, tendance de gauche de la SFIO qui scissionne peurt après l'échec du Front Populaire.
Elle habite alors la région parisienne.


Commentaires

Poster un commentaire







 
Remonter